Casa di riposo fate bene fratelli

Demande de disponibilité

I campi contrassegnati con l' * sono necessari

Maison d’Accueil des frères

La Maison est achetée par les Pères juste après la guerre en 1948, afin de pouvoir avoir une structure d’accueil pour les religieuses de la Province Lombarde et Vénitienne, dans un endroit de vacance, de repos et de convalescence.

Durant les premières années elle est utilisée, à usage privée, avec l’espoir de pouvoir la transformée en un établissement de santé, de convalescence, pour des pathologies pulmonaires, respiratoires liées à la récupération post opératoire.

Les supérieurs de l’époque formulent quelques demandes à la ville de Varazze, pour avoir les licences et les autorisations relatives mais ce fut un refus.
Notre présence spéciale, dans le domaine hôtelier et de réception, offre la possibilité d’unir le désir de repos, la recherche de la paix, le remède à de petits maux et le repos de l’esprit.
Si nous voulions avoir un slogan qui pourrait mieux nous définir, nous pourrions dire que nous nous occupons d’offrir de l’hospitalité à tour de bras. “L’hospitalité est notre valeur centrale qui s’exprime et se concrétise dans nos quatre principes : qualité, respect, responsabilité et pour ceux qui le souhaitent spiritualité”.

Notre histoire ,nos racines.

La “Villa Miramare”, ainsi nommée par le Capitaine D’Albertis, s’ouvre sur la grande route et descend vers la mer, avec un accès à la falaise. On peut embarquer très facilement, si la mer le permet.
Dans le palais, très bien agencé, le Capitaine rassembla une collection complète d’armes et de vêtements : le fruit d’habiles recherches durant ses longs voyages à travers le monde…….” [1].
Ainsi, le premier à profiter pleinement des beautés des “Piani d’invrea” ce fut naturellement le Capitaine D’Albertis, descendant d’une noble famille de Gênes. Commandant, chercheur, navigateur, à la fin de l’année 1800, il construit cette résidence immergée entre les plantes exotiques et les pins maritimes à pic dans la mer. Pendant des années elle accueillera l’illustre peintre et graveur de Ligurie Giuseppe Frascheri (1809-1886) pour “….y étudier les harmonies des pins cachés, de superbes arbres ! chacun d’entre eux a une âme différente, la vision de cette belle nature mer, ciel et terre, suscite des pensées disparates …..”. [1]

La propriété reviendra ensuite à la famille de Gênes, les “Cattaneo”, qui en gardera ses gloires et sa beauté jusqu’à l’ère belliqueuse.
En Europe et en Italie résonnaient encore les échos de la guerre et les frères, pour répondre aux exigences d’une maison où les religieux pourraient se reposer pendant quelques jours, pour faire des cures marines, pour y accueillir de manière stable des religieux à la santé faible et également pour faire des exercices spirituels, le Provincial P. Zaccaria Castelletti, à la séance définitoire du 9 avril 1947 stipula que, après avoir visité différents lieux de la riviera ligurienne et adriatique, le meilleur choix serait d’acheter à Varazze, à 40 km. de Gênes, la propriété du marquis Cattaneo, qui faisait plus de 39.000 m², qui se composait d’une maison principale avec plus de 30 chambres, certaines très grandes, en excellent état, et avec un grand parc, en partie boisé et en partie avec des pins. L’achat fut possible grâce à la vente de parcelles de terrains de la Maison de Cernusco sur le Naviglio. Il fallait évidemment apporter des modifications et faire des ajouts et, étant donné l’objectif, une petite église fut aussi construite, consacrée à Madonna della Guardia, consacrée en 1948 par l’évêque de Savona Mons. G.B. Parodi, par la suite érigée dans la Paroisse.

A l’occasion du Jubilé d’Argent de la consécration de la statue de la B. Vierge della Guardia, elle fut solennellement couronnée. L’église fait partie de la structure, les clients peuvent y accéder directement depuis la maison. Pour lui permettre d’accueillir les personnes qui ont besoin d’une période de convalescence après une maladie ou une intervention chirurgicale, au cours du provincialat de Fra Natale Paolini, dans les années 1953-59, ont été réalisés des travaux qui ont radicalement transformés la maison : le nombre de lits est passé à 60 et la piscine a aussi été construite, dans laquelle on a injecté de l’eau de mer. Au cours des années suivantes seulement des travaux d’amélioration ont été faits, la terrasse a été couverte de manière stable (vue sur la mer) à côté de la salle à manger, ce qui augmente le nombre de places assises. A l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire en 1998 fut construit le nouveau cimetière de l’église.
” Nous devons indiquer que la présence des Frères en Ligurie remonte à 1874, quand les autorités de la ville de Sanremo, appelèrent les frères de San Giovanni di Dio pour s’intéresser à l’assistance privée des malades. Quelques années plus tard en 1877 ils créent une Maison de la Santé en la dédiant à ” San Giovanni di Dio “. Il n’y a pas d’informations précises sur leur départ de la Riviera Ligurienne. ”
” Une autre trace dans l’histoire centenaire de l’ordre de l’hôpital qui le lie avec la Ligurie, c’est la figure de Domenico Benedetto Piola. Né en 1492 à Gênes, il avait entrepris comme de nombreux habitants de la Ligurie, l’art du marquage et il s’était intéressé aux produits artisanaux produits en Espagne et il vivait à Grenade. Les circonstances de la vie l’ont conduit à faire la connaissance d’un pauvre frère nommé Giovanni, qui le chercha pour avoir une aide économique. La rencontre fut éblouissante et à partir de la date de l’emprunt, Domenico Piola commença à fréquenter souvent Giovanni di Dio. Veuf, après avoir payé ses collaborateurs et ses employés, il fit cadeau de tout le reste à son nouveau compagnon, qu’il pensait profondément bon et adapté à la vie de la communauté. Il fut l’un des premiers compagnons de la grande aventure charismatique de San Giovanni di Dio. Son corps a été enterré dans l’église de l’Hôpital de Grenade. “[2]

[1]. Tiré de “La Liguria Illustrata”, Année I numéro 8, Gênes 1913, article de R.Lombardo
[2]. Partie de reconstruction historique de Fra Serafino Acernozzi.

Casa di ospitalità fate bene fratelli